AFCOT - Association Française Cotonnière

AFCOT, Association française cotonnière.

afcotcotonafcot association franceafcot association le havreafcot fédération franceafcot fédération le havrecoton association francecoton association le havrecoton fédération francecoton fédération le havre
français  |  english
Vous êtes ici: > Actualités et publications > Revue de presse > Page n°2 de la liste

Revue de presse

Page n°2 sur 61 : Articles 4 à 6 sur un total de 182.
Le 19 juillet 2017
Mali agriculture

Source: Delta news et MaliActu.net

Le Mali doit impérativement occuper la première place de producteur du coton en Afrique” dit le Pr. Baba Berthé, PDG de la CMDT

Pr. Baba Berthé
Pr. Baba Berthé

C’est du moins, ce qu’a dit le patron de la CMDT à l’issue de tournée effectuée, dimanche 16 juillet,  par le ministre de l’Agriculture Nango Dembélé dans la zone cotonnière couverte par la filiale CMDT ouest de Kita. Outre Baba Berthé, le ministre était accompagnée du directeur national de l’Agriculture, Siaka FOFANA, du président de l’APCAM, Bakary Togola, du directeur général de l’Agence de Développement rural de la vallée du fleuve Sénégal (ADRS) et du représentant de la commission parlementaire en charge du développement rural.

Cette visite à la filiale CMDT de Kita s’inscrit dans le cadre de la tournée initiée conjointement par la CMDT, la direction nationale de l’Agriculture et le ministère de l’Agriculture. Elle a pour objectif de prendre contact avec les producteurs et de s’imprégner des conditions de démarrage de l’hivernage dans les zones cotonnières du Mali.

Il ressort des échanges avec les producteurs que la campagne agricole à bien démarré dans l’ensemble des secteurs de la filiale de Kita.

Aux dires de l’administrateur général de la filiale ouest, Modibo Tangara, toutes les conditions sont réunies pour que Kita batte le nouveau record cette année. Tous les intrants et les semences sont disponibles et il n’y a pas d’équivoque sur leur qualité. Le seul souci des producteurs demeure la pluie qui semble être insuffisante dans  certaines localités de Kita. Cette situation, selon l’administrateur de la filiale ouest, n’a pas causé de problème de nature à compromettre la campagne agricole.

“La vente illégale des engrais subventionnés est désormais un vieux souvenir à Kita cela, grâce aux efforts des forces de sécurité et à la prise de conscience des producteurs.

Avec une bonne pluviométrie, les producteurs de coton de Kita vont battre de nouveaux records cette année”, à assuré l’administrateur de la filiale CMDT de Kita.

À noter que c’est la filiale de Kita qui a battu le record qualité lors de la campagne écoulée. Elle a aussi battu son propre record dans la production à la campagne, avec 48 900 tonnes contre 33754 tonnes à la campagne 2015-2016.

Pour la campagne en cours, la filiale de Kita prévoit l’exploitation de 55 000 ha pour 59 000 tonnes de coton graines.

En tout cas, le patron de la CMDT n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour exprimer à Kita, ses attentes vis-à-vis des producteurs maliens de coton.

“Si l’année dernière le Mali a battu son propre record en se classant deuxième pays producteur du coton en Afrique derrière le Burkina- Faso, mon souhait le plus ardent est de voir le Mali impérativement occuper la première place  de producteur du coton en Afrique. Il faut que le Mali batte le Burkina-Faso. Nous en avons les moyens de le  faire, il suffit que le gouvernement mette les moyens et que les producteurs maliens s’y engagent”, a affirmé Pr Baba Berthé.

Le ministre de l’Agriculture a abondé dans le sens en assurant que le gouvernement est prêt à faire aux paysans, tout ce que le budget peut supporter. La preuve,  c’est  la subvention des intrants et des équipements agricoles, l’allocation de 15% du budget national au secteur rural.

Selon le ministre de l’Agriculture, les subventions vont s’étendre,  dans les années à venir, sur d’autres produits ou d’équipements agricoles. Il a également insisté sur le rendement qui permet de renforcer la productivité et l’autosuffisance alimentaire. Des stratégies sont en train d’être mises en place, a-t-il dit, afin que les producteurs puissent s’approprier des techniques du rendement.

Le porte parole des producteurs de Kita, Sekou Kéita, après avoir salué les efforts consentis par le gouvernement en faveur du monde rural, a indiqué que toutes les conditions sont réunies pour que la filiale de Kita batte de nouveaux records. Il a saisi l’occasion pour porter à la connaissance du ministre de l’Agriculture une recommandation  des producteurs de Kita : l’augmentation  des tracteurs agricoles dans la zone de Kita. Le ministre  dit avoir pris bonne note.

A noter que cette tournée du ministre Nango Dembélé a été marquée par des visites d’un champ de coton Sebekoro et d’un champ de maïs situé à Bougouya dans la commune rurale de Dounia. Il s’agit d’un champ situé dans la zone d’intervention de l’Agence de Développement rural de la vallée du fleuve Sénégal.

 

Le 10 juillet 2017
Cameroun: Vers une augmentation du prix du coton

Source: Jounal du Cameroun.com

Le formateur et membre du bureau exécutif de la Confédération nationale des producteurs de coton du Cameroun (Cnpc), Oumarou Youssoufa, a annoncé que le prix du kilogramme d’«or blanc» passera de 227 à 245 FCFA.Interrogé par APA, il a précisé que cette augmentation sera couplée à la revue des prix des engrais, dont le sac passera pour sa part de 20.500 à 18.000 FCFA.

«Cette embellie, a-t-il expliqué, survient après deux années particulièrement difficiles, au cours desquelles la Société de développement du coton (Sodecoton) a abandonné la production dans la nature, créant un manque à gagner inestimable aux planteurs et à elle-même, une perte que les estimations situent à 25.000 tonnes de coton graine».

Selon lui, les choses vont beaucoup mieux avec l’arrivée, en juin 2016, d’une nouvelle équipe à la tête de cette entreprise.

Toutefois, il a déploré l’insécurité qui règne dans plusieurs zones de production de l’Extrême-Nord, frontalières avec le Nigeria et qui ont été abandonnées du fait des attaques de la secte islamiste Boko Haram, qui a pillé les récoltes et brûlé des champs.

Interrogé sur le phénomène de vente clandestine du coton au Nigeria, plutôt qu’à la Sodecoton qui verse des subventions aux producteurs et les encadre, Yousoufa a expliqué que ceux qui écoulent clandestinement leur production dans ce pays voisin sont exclus du circuit pour la campagne suivante, et finissent par manquer d’intrants.

«Ce qui est dénoncé est conjoncturel, et a eu lieu au moment où l’offre de coton était grande sur le marché international. Au Cameroun, on fixe le prix avant de produire et, si le prix entre-temps a augmenté sur le marché mondial, il existe un système de compensation», a-t-il fait remarquer.

A son avis, les producteurs situés dans la zone frontalière avec le Nigeria sont acculés par des réseaux de spéculateurs possédant des bascules trafiquées.

<a href='http://openx.cynomedia.com/www/delivery/ck.php?n=ad457016&cb=1478639' target='_blank'><img src='http://openx.cynomedia.com/www/delivery/avw.php?zoneid=313&cb=1478639&n=ad457016' border='0' alt='' /></a>

L’organisation des producteurs, a affirmé Oumarou Youssoufa, procède actuellement à une campagne de sensibilisation accrue à l’endroit des planteurs, afin de ne plus vendre leur production à des individus véreux.

Au sujet de l’envahissement du marché camerounais par du textile asiatique, il note que la Cotonnière Industrielle du Cameroun (Cicam) ne transforme que 2% de la production locale, précisant toutefois qu’une stratégie a été mise en place en vue de la multiplication des unités de transformation, de manière à parvenir à un taux de 30-35% de traitement à l’intérieur du pays.

«Cela veut dire qu’il faut créer des industries, inciter Chinois, Indonésiens et autres industriels du secteur à venir s’installer au Cameroun afin de créer des emplois et de la valeur ajoutée», a-t-il dit.

S’agissant de l’introduction, annoncée depuis 5 ans, du coton transgénique dans la production, Oumarou Youssoufa a souligné qu’elle se trouvait encore à sa phase expérimentale, avec l’étroite implication de l’Institut de recherche agricole pour le développement (IRAD), du Comité de biosécurité, des ministères de l’Environnement et de la Recherche scientifique, de la Sodecoton et même des producteurs.

Il précise que le coton transgénique qui avait été expérimenté au Burkina Faso, par exemple, n’est pas le même que celui qui est testé au Cameroun, mais «toujours est-il que la décision finale reviendra aux scientifiques et au gouvernement».

Le 22 juin 2017
California cotton acreage up one third. Arizo grows 22 percents

Source: Western farm press

Water availability in California made it easier for growers to plant more cotton in 2017

 

California cotton acreage could be at its highest in several years, according to a recent survey by the state Pink Bollworm Program.

At nearly 292,000 acres, cotton acreage will be up about 33 percent from 2016 plantings.

Roger Isom, president of the California Cotton Growers association, says it’s too early to know the breakdown between Pima and Upland varieties, though he expects Pima at about 75 percent of the acreage planted. Isom says the late announcement on federal water deliveries likely had an impact on Pima acreage as planting decisions needed to be made before the water announcements were made.

California harvested almost 219,000 acres of cotton last year.

Kings County, Calif. is projected to have more than a third of the state’s cotton crop at nearly 109,000 acres. Fresno County shows almost 76,000 acres of cotton in the ground with Merced County at almost 46,000 acres of cotton planted based on the survey.

About 8,500 acres of cotton was planted this year in the desert regions of Imperial and Riverside counties.

Arizona

As of late-June, Arizona had 166,000-plus acres of planted cotton, according to Leighton Liesner, director, Arizona Cotton Research and Protection Council. This is a 22 percent increase over last year’s plantings.

More than 90 percent of Arizona’s cotton plantings are Upland varieties.

 

 

NOS PARTENAIRES

www.geocoton.comwww.devcot.comwww.reinhart.comSICLE
www.cdi-cotton.com
www.cdi-cotton.com
www.ecomtrading.com
www.cofcoagri.com
www.sosea-robertson.com
Cliquez ici pour devenir partenaire de l'AFCOT

AFCOT - BP 143 - 76051 LE HAVRE CEDEX - France
Tél: 02 35 41 20 36 - Fax: 02 35 42 63 09 - SIRET : 781 066 014 00023 - Code NAF : 9499Z
web: www.afcot.org - email: info@afcot.org

Sachons être en mouvement, Moving forward