AFCOT - Association Française Cotonnière

AFCOT, Association française cotonnière.

afcotcotonafcot association franceafcot association le havreafcot fédération franceafcot fédération le havrecoton association francecoton association le havrecoton fédération francecoton fédération le havre
français  |  english
Vous êtes ici: > Actualités et publications > Revue de presse > Page n°1 de la liste

Revue de presse

Page n°1 sur 63 : Articles 1 à 3 sur un total de 189.
Le 13 novembre 2017
Burkina Faso: production cotonnière en deça des prévisions initiales

Source: La Tribune Afrique

Burkina Faso : production cotonnière en deçà des prévisions initiales

Les chiffres annuels de la production de coton au Burkina Faso on été rendus officiels cette semaine et laissent apparaître une production moindre qu’attendue.

Le coton, est le deuxième produit d’exportation du Burkina Faso derrière l’or et pèse pour 4% du PIB du pays. Les responsables de la Société burkinabè des fibres textiles ont communiqué les chiffres pour 2017/2018. Le Burkina a récolté 553.000 tonnes de coton au cours de la campagne cotonnière 2017-2018, soit une baisse de 13% par rapport aux prévisions initiales de 650.000 tonnes. Les résultats sont décevants. La production cotonnière au Burkina Faso n’est pas encore satisfaisante cette année, selon la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX). Soit moins de 13% par rapport aux prévisions initiales qui étaient de 650.000 tonnes. La Sofitex avance des explications d’ordre météorologique. Ces résultats sont la conséquence d’une pluviométrie désastreuse et une invasion des insectes. D’autres rasions peuvent être avancées néanmoins.

Ainsi certains experts du secteur rappellent qu’avec une production destinée à 97% à l’exportation, la filière est dépendante, voire trop dépendante de l’évolution du prix mondial. Aimé Bationo, journaliste burkinabé, souligne pour sa part que « D’autres contraintes sont liées au faible taux d’alphabétisation des producteurs, aux prix élevés des intrants, à la mauvaise pluviométrie, à l’enclavement des zones de production (état de défectuosité et insuffisance de pistes rurales…) engendrant des coûts de transport élevés, à l’insuffisance des infrastructures villageoises (magasins, silos, centre de formation, etc.)… ». Il faudrait pour maintenir une production constante et à la hauteur des ambitions du pays investir dans le développement de la filière. Aussi selon Aimé Bationo il faudrait investir dans des infrastructures rurales, dans l’appui en équipement. L’amélioration de la productivité et de la qualité de la fibre, la recherche et l’innovation technique permettrait d’améliorer la rentabilité et la compétitivité de la filière. Les facteurs explicatifs de la contreperformance de cette année sont donc de natures diverses.

Le coton, deuxième produit d’exportation du Burkina Faso fait vivre plus de 3,5 millions de paysans et houe donc un rôle majeur dans la vie socio-économique du pays. Ce secteur économique déployé et renforcé serait un facteur stabilisant pour les jeunes burkinabés tentés d’émigrer vers d’autres pays africains comme la Côte d’Ivoire, le Sénégal ou l’Europe.

Source : La Tribune Afrique

 

Le 13 novembre 2017
Turkmenistan to built cotton mill in northen-eastern province

Source: Trend news agency

 

Ashgabat, Turkmenistan, Nov. 12

By Huseyn Hasanov - Trend

A report covering the measures of building a cotton mill in Saparmyrat Turkmenbasy district of Dasoguz region was made at the meeting of the Turkmen government, the Turkmen Altyn Asyr TV channel reported.

The country’s Ministry of Textile Industry assessed the proposals of bidders.

Hilli Yup Economic Entity deals with the design, construction and equipping of a new cotton mill. After the cotton mill is commissioned, 6,000 tons of cotton yarn will be produced annually.

Turkmen President Gurbanguly Berdimuhamedov stressed that the textile industry is one of the priority directions of the processing sector of the Turkmen economy.

"Big investments, made in textile industry, stimulate the growth of production of high-quality cotton products, having a huge demand among foreign consumers," the president said.

Focusing on the importance of building new industrial facilities for the economic development of districts, where new jobs will be created, the president pointed to the need to strengthen control over the work in this direction.

More than one million tons of cotton is grown annually in Turkmenistan, which is the raw material base for the development of the textile industry. Up to 70 percent of the raw materials are processed in the country.

At present, Turkmenistan produces up to 118,000 tons of cotton yarn, 178 million square meters of fabrics, 11,000 tons of knitted fabric, 7,200 tons of terrycloth.

Le 10 novembre 2017
Burkina Faso le bilan est jugé 'acceptable' selon le DG Wilfried Yaméogo

Source: LEFASO.NET

 

Campagne cotonnière 2017-2018 de la SOFITEX : Le bilan est jugé « acceptable » selon le DG Wilfried Yaméogo

LEFASO.NET | Romuald DOFINI • jeudi 9 novembre 2017 à 16h56min

La direction générale de la Société burkinabè des Fibres Textiles (SOFITEX) a tenu une conférence de presse le mercredi 8 novembre 2017 à Bobo-Dioulasso. Cette rencontre, présentée comme un « tremplin de partage et d’échange », a été une occasion pour son directeur général(DG), Wilfried Yaméogo, de faire le point de la campagne cotonnière 2017-2018, une campagne qu’il juge acceptable.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
 

Campagne cotonnière 2017-2018 de la SOFITEX : Le bilan est jugé « acceptable » selon le DG Wilfried Yaméogo

La conférence de presse, deuxième du genre depuis la nomination de Wilfried Yaméogo à la tête de la SOFITEX, s’est tenue ce jour afin d’apporter des informations sur le déroulement de la campagne agricole 2017-2018. Cette rencontre a connu la participation massive des membres comité de direction de la SOFITEX, des membres du conseil d’administration de l’Union Nationale des Producteurs de Coton du Burkina (UNPCB) et ceux de la Recherche cotonnière. Tout ce beau monde était assisté de la presse nationale et internationale.

Les conférenciers du jour ne passeront pas par quatre chemins pour dénoncer les caprices de la saison pluvieuse qui a beaucoup altéré cette campagne agricole. En effet, les producteurs avaient montré leur engouement pour la culture du coton en cette campagne, suite aux bons résultats de celle de 2016-2017 et à l’annonce des prix d’achat du coton graine et de cession des intrants jugés satisfaisants.

JPEG - 42 ko
Le directeur du développement de la production cotonnière SOFITEX, Ousséni Kaboré

Cependant, la réalisation des intentions de culture s’est heurtée au profil pluviométrique peu favorable caractérisé par une installation précoce des pluies suivie de plusieurs poches de sècheresse plus ou moins longues (juillet, aout et septembre). « En outre, on a noté un faible cumul des précipitations de 849 mm contre un normale de 950 mm de pluie avec une très mauvaise répartition dans le temps et dans l’espace », a lancé, Ousséni Kaboré, directeur du développement de la production cotonnière de SOFITEX.

Ce profil pluviométrique « atypique » n’est pas sans conséquences sur cette campagne cotonnière. En effet, le développement du bon taux de semis précoces et de semis à bonne date a été affecté et compromis par les poches de sècheresse qui ont empêché la bonne réalisation des opérations de fertilisation. Concrètement, les difficultés d’application des engrais à bonne date et l’inefficience de ceux appliqués dans des conditions de sècheresse ne permettaient par leur absorption par les plantes selon les explications de Ousséni Kaboré.

A en croire ce dernier, c’est ce qui a favorisé le développement et la prolifération de tout le faciès parasitaire dominé par les chenilles des capsules et des piqueurs suceurs de sève, dont les mouches blanches. L’invasion de tous ces parasites a eu pour conséquences, les rougissements de cotonniers.

JPEG - 68.3 ko
Les journalistes participants à la conférence de presse

Cette « conjonction de facteurs » défavorables a eu pour conséquences collatérales une baisse des rendements au champ et partant une baisse des attentes de production de coton graine. « Les données issues des comptages capsulaires fixent le niveau de la production prévisionnelle à 563 000 tonnes graine en zone SOFITEX au titre de la campagne 2017-2018 contre des attentes de production de 650 000 tonnes de coton graine, soit un taux de réalisation de 87% », a-t-il laissé entendre.

Toutefois, le DG a souligné que « les résultats mitigés ne doivent pas amener certains producteurs à douter de la qualité des intrants agricoles mis à leur disposition par le SOFITEX ».Par ailleurs, il s’est réjoui de la hausse des résultats par rapport à ceux de la campagne écoulée, qui sont cependant mitigés, car en deçà des attentes. Il a également saisi cette occasion pour rassurer tous les producteurs de la zone SOFITEX, sur toute la rigueur observée lors du processus d’approvisionnement et de contrôle de qualité des différents types d’intrants. « Ces procédures de même que la composition, les formules et les types d’intrants sont déterminés par la recherche cotonnière sur la base de plusieurs années d’expérimentation prenant en compte les contraintes techniques », ont précisé les conférenciers.

Cette conférence a été une occasion également, d’adresser les remerciements des membres de la SOFITEX, aux différents partenaires techniques et financiers, pour leur appui et leur accompagnement. Aussi, ces derniers n’ont-ils pas manqué de réitérer leur disponibilité aux « braves cotonculteurs » à toujours être à leur écoute et à trouver des solutions idoines à leurs préoccupations.

Romuald Dofini

 

NOS PARTENAIRES

www.geocoton.comwww.devcot.comwww.reinhart.comSICLE
www.cdi-cotton.com
www.cdi-cotton.com
www.ecomtrading.com
www.cofcoagri.com
www.sosea-robertson.com
Cliquez ici pour devenir partenaire de l'AFCOT

AFCOT - BP 143 - 76051 LE HAVRE CEDEX - France
Tél: 02 35 41 20 36 - Fax: 02 35 42 63 09 - SIRET : 781 066 014 00023 - Code NAF : 9499Z
web: www.afcot.org - email: info@afcot.org

Sachons être en mouvement, Moving forward